Bonjour ou plutôt bonsoir... j'ai comme l'impression que ma journée s'est envolée.... Alors je me dépêche de rattraper mon retard.... G comme..... paraîtra aujourd'hui.... si si!!!!

Ce qu'il y a de bien dans le challenge c'est qu'on regarde d'un autre oeil ce qu'on a entre les mains....  Ainsi, en préparant le post sur la catastrophe de Courrières j'ai été "interpellée" par une de mes cartes postales....  Vous vous en souvenez peut-être, je vous en avais parlé ici.

CPA Courrières, fosse n°2

Voilà ce qui m'a interpellé : le dos de la carte... et la 1ère phrase : "on s'amuse toujours beaucoup ici où nous restons enfermés dans le préau d'une école".... Du coup j'ai regardé la date.... Lens le 27 avril 1906...  et la suite de la carte : "pour sortir il faut être armés jusqu'aux dents"....
 

CPA Courrières, fosse n°2 dos

Après la catastrophe, la réaction des mineurs est explosive, il faut dire que tout a été fait de façon épouvantable. Les recherches ont  été abandonnées très vite pour remettre en état le plus vite possible les galeries. Or des survivants ont été retrouvés des jours après l'arrêt des secours. On a empêché les femmes d'approcher les victimes pour identifier leurs maris, leurs enfants, les frères... pères .... Les corps trop brûlés ont été mis dans une fosse commune....

Bref la catastrophe a été particulièrement mal gérée.... Une grève sauvage débute qui va vite enflammer tout le monde des mines tant du Pas de Calais que du Nord....        25 000 puis 60 000 ouvriers du fond et du jour se mobilisent. Ce sera une grève violente... Plus de 30 000 cuirassiers, gendarmes et fantassins vont être envoyés vers les mines du bassin, des bivouacs sont installés un peu partout dans les cours des écoles par exemple (d'où le "nous restons enfermés dans le préau"...).

De très violents heurts vont s'ensuivre entre manifestants et militaires. Au cours de l’un de ces affrontements le Lieutenant Lautour, du 5e régiment de dragons de Compiègne, reçoit en pleine tête un pavé qui le tue. Ses funérailles sont célébrées le 20 avril 1906 à Lens.

La carte est écrite une semaine plus tard... C'est étrange de replacer plus de 100 ans plus tard ces mots dans le contexte de cette catastrophe puis de la grève... tant de morts et cette phrase choc "on s'amuse bien"... mais le reste du message replace devant nous un de ces soldats envoyés pour faire face à une situation d'une violence extrême, "combat", "palissades", "pavés".... Morceau de vie, instantané tragique....

Etrange, jusque-là, je n'avais pas lue cette carte.... du coup je vais regarder plus attentivement les dos de mes CPA.... 

 

Au terme de 51 jours de conflit et d'affrontements, la Compagnie exploitante verse des dédommagements aux victimes, accorde des augmentations de salaire, adopte le principe du congé hebdomadaire et surtout entame une large réflexion sur la sécurité des installations.

 

Très bon week end à toutes et tous......

 

Pour suivre de plus près ces grèves dans la région lensoise un blog très intéressant : clic.